Aloha !

Si vous suivez mon blog régulièrement (merci !), vous avez peut-être déjà pu lire le récit de ma semaine de rêve sur l’île de Maui. Avec cet article, je remonte un peu plus le temps pour vous parler un peu mieux d’Hawaï et des différentes îles, et vous donner plus d’informations. Dans mon prochain article je vous amènerai à Oahu et Honolulu et enfin je vous ferai découvrir l’incroyable beauté de Big Island. Comme l’a dit le pilote de mon vol de Vancouver à Honolulu : « en route pour le paradis ! ».

📷 Ne manquez pas non plus mes galeries de photos d’Hawaï: Maui / Oahu / Big Island: the coast / Big Island: the volcanoes.

🇬🇧 Click here to read this article in english.

🇺🇸 Cliquez ici pour revenir au menu sur Hawaï.

L’aéroport d’Honolulu

En route pour le paradis, certes, mais d’abord atterrir en enfer ! Il fallait que j’écrive quelque chose sur l’aéroport d’Honolulu, probablement le pire que j’ai jamais vu (et j’en ai vu un certain nombre pendant mes voyages) !

Si vous visitez Hawaï, c’est probablement là  que vous arriverez. Un conseil important : si possible, essayez d’arriver en journée. Mon vol a atterri à 21 h 30 et tout était déjà fermé. Une fois récupéré mes bagages il n’y avait rien d’ouvert pour manger ou boire quelque chose ; pire, le seul bureau de change que j’ai pu trouver était aussi fermé et aucun distributeur de billets n’était en vue (bien sûr je n’avais pas de dollars US sur moi). J’aurais pu me renseigner à un guichet d’information… mais il n’y avait personne, aucun signe de vie non plus au guichet de la navette pour la ville. Cerise sur le gâteau : pas de wifi gratuit pour trouver mon chemin, le seul réseau disponible étant à un prix vraiment exorbitant (au minimum 9 dollars pour deux heures).

hawaii-1438351.jpg

Malheureusement vous n’aurez probablement pas ce genre de comité d’accueil à votre arrivée !

Par chance j’ai rencontré un couple de Québécois, tout aussi désespérés que moi. Ils avaient essayé de prendre un bus pour aller en ville mais s’étaient vus refuser l’entrée car ils avaient de trop gros sac à dos (logique à l’aéroport !). La seule possibilité restante était le taxi ; heureusement à 3 nous avons pu partager le prix…

A votre arrivée à Honolulu, oubliez les images des films, l’accueil chaleureux et les colliers de fleurs, et préparez-vous plutôt à un premier contact peu engageant dans cet immense bâtiment de béton particulièrement laid ! Rassurez-vous, la suite vous fera vite oublier ce premier moment décevant.

Les îles hawaïennes

Au début de mon article précédent je vous ai donné une rapide leçon de géographie sur l’archipel hawaïen. Maintenant que vous savez comment il s’est créé, regardons de plus près les îles. Il y en a six que l’on peut visiter ; pour la plupart des gens, la première sera Oahu. C’est là que se trouve Honolulu, mais ce n’est pas la partie de l’île que je préfère. Trop d’agitation pour moi, trop de touristes (et encore je n’étais pas en haute saison), cela ne ressemblait tout simplement pas à l’image paradisiaque que j’avais d’Hawaï. Mais comme vous verrez dans mon prochain article, il y a quand même des choses étonnantes à voir à Oahu.

DSC_0280.JPG

J’ai trouvé Maui et Big Island beaucoup plus intéressantes, et tout le monde m’a dit que Kauai est aussi très belle (en tout cas les photos que j’en ai vu sont incroyables). Mais je n’avais pas assez de temps pour y aller, ce qui m’offre une transition vers un autre conseil : si vous avez un temps limité pour visiter Hawaï, ne vous précipitez pas pour voir autant d’îles que possible. Il faut au moins une semaine pour explorer Maui et Big Island, et j’aurais pu y rester encore bien plus longtemps sans m’ennuyer un seul instant.

Quant aux deux dernières îles, Molokai et Lanai, ce sont aussi les plus petites et pourraient sans doute se visiter en quelques jours, mais je ne sais pas grand-chose de plus sur elles.

Comment se déplacer entre les îles

Il n’y a qu’un moyen pour se rendre d’une île à une autre : l’avion. Pourquoi pas le bateau ? Ce serait tout simplement beaucoup plus long, et dans cette partie du monde les vagues sont hautes et puissantes, ce qui peut rendre le voyage dangereux. Trois compagnies exploitent les lignes, dont une vraiment spéciale : Mokulele Airlines.

Les deux autres compagnies (Island Air et Hawaiian Airlines) sont tout ce qu’on est en droit d’attendre d’une compagnie aérienne. Check-in à l’aéroport, enregistrement des bagages, portique de sécurité, attente de l’embarquement, des avions pour transporter plusieurs dizaines de passagers. Rien de tout ça avec Mokulele. Les minuscules avions (8 places !) ne sont déjà pas faciles à trouver : à Kahului, sur l’ile de Maui, où j’avais choisi Mokulele pour me rendre sur Big Island, il a fallu marcher jusqu’à l’extrémité de l’aéroport pour trouver un petit bâtiment avec simplement une dame derrière un guichet qui a pris mes bagages et m’a demandé mon poids (!), et quelques bancs dehors pour attendre que le commandant de bord lui-même vienne nous chercher à l’heure d’embarquer. Oui, cela s’est passé comme ça : pas de portique de sécurité, même pas un seul coup d’œil sur mon passeport, juste le pilote qui appelait les noms avant de nous accompagner vers le petit coucou.

Ne faites pas la même erreur que moi et réservez un vol avant le coucher du soleil si vous voulez profiter de la vue spectaculaire depuis l’avion ! J’ai pris les photos ci-dessous avec mon téléphone, sur un vol d’Honolulu vers Maui avec Hawaiian Airlines, et je peux vous garantir que la vue aurait été encore plus impressionnante depuis le petit avion de Mokulele !

Se déplacer sur place

Il n’y a qu’une seule île, Oahu, où le transport en commun est acceptable. La compagnie de bus, qui s’appelle simplement « The Bus », dessert de façon relativement efficace la plupart des sites intéressants et les banlieues d’Honolulu. Mais comme c’est également l’île la plus touristique, une voiture vous permettra d’éviter les plages surpeuplées et d’explorer des endroits extraordinaires et plus isolés.

Pour explorer Big Island, la question de louer une voiture ne se pose même pas : vous ne pourrez pas faire grand-chose sans votre propre moyen de transport. Une petite voiture ordinaire suffira pour presque toute l’île mais il faudra absolument un 4×4 ou passer par un tour organisé si vous voulez aller sur le sommet du Mauna Kea par exemple. Croyez-moi, cela vaut vraiment la peine ! Idem pour Maui, mais si vous séjournez au Banana Bungalow Hostel, vous pourrez visiter toute l’île avec les excursions gratuites organisées par l’auberge, comme je l’ai déjà raconté.

DSC_0189.jpg

Ma voiture de location au milieu des champs de lave du Kilauea sur Big Island

Enfin, attendez-vous à passer beaucoup de temps dans la voiture. Les distances à Hawaï ne semblent pas très grandes sur une carte, mais elles sont en fait beaucoup plus importantes que ce que l’on croit (au point le plus large, Big island fait 150 km) d’autant plus que les routes ne sont pas très bonnes. Il n’y a aucune autoroute ailleurs que sur Oahu et les limitations de vitesse sont incroyablement basses. La plupart du temps vous n’aurez pas le droit de dépasser 40 miles (environ 60 km/h) ! Une autre raison de prendre son temps pour explorer Hawaï.

Le climat

Lorsque vous pensez à Hawaï, vous imaginez sans doute un beau ciel bleu, beaucoup de soleil et pas un seul nuage… faux !

DSC_1000Oui il fait très chaud, oui le soleil brille beaucoup, oui vous aurez besoin de prévoir une bonne crème solaire et vous reviendrez bronzés, mais à cause de la géographie des îles il y a aussi beaucoup de nuages, surtout sur les côtes nord et est (les côtes « sous le vent »). Les énormes volcans (le Mauna Kea et le Mauna Loa culminent à plus de 4 000 mètres) forment un obstacle naturel aux précipitations. Ainsi, Hilo sur Big Island est un des endroits où il pleut le plus dans tous les Etats-Unis !

L’archipel abrite pratiquement tous les climats imaginables, de la jungle tropicale, chaude et humide, aux sommets des montagnes, secs et arides. Ne soyez pas surpris par des microclimats très particuliers à certains endroits. Un après-midi, nous profitions d’une plage ensoleillée à Maui lorsque nous avons vu un grand nuage se diriger droit sur nous. Il s’est mis à pleuvoir violemment mais 5 minutes plus tard le nuage avait disparu et le soleil brillait à nouveau.

Avant d’aller à Hawaï dites-vous bien qu’il est quasi-impossible de prévoir le temps qu’il va faire ; mais s’il pleut à un endroit, le soleil peut très bien briller à moins de 50 kilomètres de là.

J’espère que tous ces détails vous seront utiles si vous avez prévu d’explorer Hawaï. Mahalo !

🇺🇸 Cliquez ici pour revenir au menu sur Hawaï.

One thought on “Aloha !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s