Road trip en Islande, troisième partie : le Nord sauvage

Voyager en Islande est une expérience unique. Je n’oublierai jamais les paysages fantastiques que j’ai vus au cours des 12 jours que j’y ai passé en Septembre 2018, la beauté de la nature sauvage et l’impression récurrente d’être sur une autre planète. La meilleure façon d’apprécier un séjour en Islande est d’y faire un road trip, en particulier en été lorsque le soleil ne se couche presque jamais. Voici le deuxième d’une série de 4 articles décrivant un itinéraire de 9 jours autour du pays, ainsi que mes suggestions d’hébergements à prix abordables si le camping n’est pas votre truc.

Partons avec cet article à la découverte des champs de lave et des zones géothermiques autour du lac Mývatn puis direction Akureyri, la deuxième plus grande zone urbaine du pays après Reykjavik et ses banlieues. Préparez-vous à des paysages radicalement différents de ceux rencontrés au Sud et à l’Est ! A part peut-être pour les éternelles cascades, mais elles sont toujours si belles…

📷 Pour plus de photos allez voir ma galerie d’images : North of Iceland – Mývatn to Akureyri

🇬🇧 Click here to read this article in english.

🇮🇸 Cliquez ici pour revenir au menu sur l’Islande.

north-iceland-road

Attention : j’ai fait ce road trip en Septembre 2018 avec une météo majoritairement bonne, peu de vent et des journées assez longues. Vérifiez toujours les conditions météorologiques et l’état de la route avant de vous lancer sur un trajet et adaptez votre itinéraire si besoin. Rappelez-vous également qu’il y a moins de 5 heures de jour au cœur de l’hiver et que vous ne pourrez forcément pas faire autant de choses qu’en été.

Cet article démarre sur les rives du lac Mývatn autour duquel je vous suggère de passer une journée entière avant de vous diriger vers Akureyri tant il y a de choses à voir dans cette zone. Vous aurez même peut-être envie de faire un crochet par Húsavík plus au Nord, une ville connue pour être la capitale de l’observation de la baleine en Islande – mais il vous faudra sans doute ajouter une journée à votre itinéraire.

6ème jour : à la recherche de l’activité géothermique (autour du lac Mývatn)

Le lac Mývatn est l’un des plus vastes d’Islande. Pour celui qui viendrait ici pour la première fois, la région pourrait sembler particulièrement accueillante, surtout en comparaison avec les vastes plaines désertiques de cendres noires qu’il a traversées depuis Egillstaðir : un très beau lac à l’eau transparente, de l’herbe verte sur ses rives, plein de jolies collines aux alentours… Mais en y regardant de plus près, il pourrait rapidement réaliser que ces collines en question ont une curieuse forme conique, que de la vapeur sort de la terre par endroit et il pourrait même renifler une odeur de soufre désagréable…

La zone d’activité géothermique autour du lac Mývatn est l’un des endroits les plus extraordinaires du pays. Entre les cratères volcaniques, les noirs secrets de Dimmuborgir, des bains thermaux ou encore une grotte qui passionnera les fans de Game of Thrones, la liste des attractions est longue ! Une journée toute entière ne sera pas de trop pour voir tous les endroits listés dans cet article, voir même une seconde si vous souhaitez vraiment explorer la région en profondeur.

En venant de l’Est par la Route 1, le premier point d’intérêt se trouvera sur votre droite, peu avant d’arriver au lac Mývatn. Il s’agit d’une vaste caldera du nom de Krafla, où la nature est plus menaçante que partout ailleurs. La route passe tout d’abord au milieu d’une immense usine où les forces de la nature servent à créer de l’électricité, puis grimpe en lacets jusqu’à atteindre un parking au pied du cratère de Víti. Admirez le lac bleu/turquoise tout au fond, si beau et d’apparence si paisible… mais sachez qu’en islandais Víti signifie « enfer » : ce cratère fut en réalité par une éruption ayant duré pas moins de 5 ans en 1724 ! Nettement moins idyllique tout d’un coup n’est-ce pas ?

Viti Crater, lake, volcano

Vous pouvez faire le tour du cratère à pieds, ce qui vous conduira près d’une zone géothermique où le sol prend des couleurs surprenantes et où l’odeur de soufre est particulièrement forte. Faites bien attention à ne jamais quitter le chemin !

Une autre zone d’activité géothermique du nom de Leirhnjúkur se trouve non loin du cratère de Víti, sur votre gauche quand vous arrivez depuis la Route 1. Je ne m’y suis pas rendu mais j’ai lu qu’on pouvait y trouver de nombreuses sources chaudes et fumeroles et que les couleurs du sol environnant y étaient magnifiques.

Au lieu de visiter Leirhnjúkur, je me suis rendu à Hverir, un endroit similaire et très facile d’accès puisqu’il se trouve au bord de la route (sur la gauche juste après avoir rejoint la Route 1 depuis Krafla). Là aussi, faites très attention où vous mettez les pieds et ne vous aventurez jamais en dehors des chemins car toute la zone n’est que vapeur et bouillonnement, avec de l’eau extrêmement chaude, des mares de boue, d’énormes fumeroles et des dépôts jaunes caractéristiques de la présence de soufre. La colline juste au-dessus se nomme Námafjall. Prenez le temps de vous promener dans la zone, avec l’impression d’avoir atterri sur une autre planète.

Même si vous n’avez jamais voyagé en Islande, vous avez peut-être entendu parler du Blue Lagoon. Ces bains thermaux se trouvent près de l’aéroport de Keflavik, non loin de Reykjavik. C’est une attraction très populaire, parfois considérée comme un piège à touristes du fait de son prix élevé et de son affluence. Si vous recherchez un endroit un peu plus intime, essayez les Mývatn Nature Baths, sur votre gauche juste avant d’arriver au village de Reykjahlið (cela dit le mot « nature » n’est pas tout à fait approprié puisque ces bains ont été construits par l’homme – mais le Blue Lagoon aussi…).

Si comme moi vous adorez Game of Thrones, la prochaine attraction à voir autour du lac Mývatn est un incontournable… mais même si vous n’avez jamais regardé le moindre épisode de cette série et que vous n’avez aucune idée de ce que veut dire « khaleesi », cet endroit magnifique mérite le détour. A l’entrée de Reykjahlið, prenez à gauche sur la route 860 en direction de Grjótagjá, une grotte superbe avec une eau d’une pureté à couper le souffle. Dans la série, c’est là que Jon Snow et Ygritte apprennent à se connaitre plus intimement… Il s’agissait auparavant d’un endroit de baignade apprécié des locaux pour son eau chaude mais après une période d’éruptions dans les années 1970, la température de l’eau a dépassé les 50°C, beaucoup trop pour oser aller faire trempette.

A partir de Reykjahlið, la Route 1 contourne le lac Mývatn par ses rives Nord et Ouest, mais la plupart des attractions se trouvent à l’Est et au Sud. Quittez la Route 1 pour vous engager sur la route 848 et après environ 5 km vous atteindrez Dimmuborgir, l’endroit le plus célèbre de cette région d’Islande.

Dimmuborgir

Ces roches noires de lave solidifiée peuvent rappeler à la fois les ruines d’une ancienne ville ou les murs d’une forteresse maléfique ; à vrai dire, en islandais Dimmuborgir peut être traduit par « villes sombres » ou « châteaux sombres ». Cet endroit se retrouve lui aussi dans Game of Thrones (c’est là que les sauvageons établissent leur campement dans la saison 3) et abrite de nombreuses légendes traditionnelles. On dit qu’on peut y observer des trolls, notamment un groupe appelé les « Yule Lads », les 13 fils maléfiques de 2 trolls vicieux du nom de Grýla et Leppalúði qui vivent dans les environs. La meilleure période de l’année pour les voir est en décembre. Malheureusement j’y étais en septembre et les seules créatures que j’ai croisées étaient des moutons !

Il y a de multiples façons d’explorer Dimmuborgir, depuis le simple chemin accessible aux fauteuils roulants jusqu’aux chemins de randonnées plus longs conduisant aux formations rocheuses les plus intéressantes et notamment la « cathédrale ». Il est même possible de pousser jusqu’au sommet du cratère de Hverfjall un peu plus loin.

Après la noirceur de Dimmuborgir, les paysages de la péninsule d’Höfði un peu plus au Sud sont vraiment paradisiaques. L’eau du lac Mývatn y est si claire, les arbres si verts et tout semble si calme et tranquille ! Il y a de nombreux chemins tout autour de la péninsule, l’un d’entre eux conduisant notamment aux colonnes de lave solidifiée de Kálfastrandavogar, un groupe de roches sortant de l’eau et pointant vers le ciel.

Dernier arrêt sur la rive sud du lac : les pseudo-cratères de Skútustaðagígar. Pseudo-cratères, késako ? La réponse est donnée par le panneau à l’entrée du site : « les pseudo-cratères se forment lorsque de la lave en fusion s’écoule sur de l’eau ou des marais. L’eau se retrouve coincée sous la lave et se met à bouillir. La pression provoque des explosions permettant à la vapeur de s’échapper à la surface. La répétition de ces explosions finit par déchirer la couche de lave qui s’accumule autour de l’épicentre jusqu’à former un pseudo-cratère ». Pour être honnête, à moins d’être un expert il est probablement impossible de distinguer un pseudo-cratère d’un « vrai » cratère de volcan… mais cela ne les rend pas moins beaux pour autant.

Où passer la nuit ? Une journée ne suffira peut-être pas à voir toutes ces magnifiques attractions et une autre nuit proche du lac Mývatn pourrait être une bonne idée. Dans ce cas, je vous ai déjà parlé du Hlíd Hostel dans mon précédent article : il s’agit probablement de l’hébergement le plus abordable tout en restant correct dans la région (à partir de 4400 couronnes/33€, mais vous aurez besoin de votre sac de couchage pour dormir en dortoir).

7ème jour : la capitale du Nord (lac Mývatn-Akureyri)

Si vous avez lu mes précédents articles à propos de ce road trip en Islande, vous avez probablement réalisé qu’il n’y avait pratiquement pas un jour sans une cascade au programme. Celle qui vous attend pour ce 7ème jour s’appelle Goðafoss et fut sans doute ma préférée de tout mon voyage.

Goðafoss (« la cascade des dieux ») se trouve à environ 50 km à l’ouest de Reykjahlið par la Route 1. C’est une chute d’eau magnifique en forme de fer à cheval que l’on peut observer depuis les deux rives. Un chemin les relie en traversant la rivière bouillonnante en aval sur un petit pont. La plus belle vue est sur la rive sud, d’où l’on peut voir la cascade depuis le niveau de la rivière ou bien l’admirer depuis un point plus en hauteur.

Si vous avez plus de temps, vous pouvez également quitter Reykjahlið vers le Nord en prenant la route 87 en direction d’Húsavík, un petit port connu pour être l’un des meilleurs endroits d’Islande pour l’observation des baleines. Cliquez ici pour plus d’informations (site officiel en anglais), et prévoyez une journée supplémentaire à votre itinéraire si vous voulez participer à une croisière. Vous pouvez ensuite redescendre vers Akureyri en empruntant la route 85, qui rejoint la Route 1 juste après Goðafoss.

En dépit de sa taille modeste (moins de 20 000 habitants), Akureyri est la seconde plus grande ville d’Islande après Reykjavik et ses banlieues. De par son emplacement si loin au nord (le Cercle Polaire Arctique est à moins de 100 kilomètres), elle est souvent considérée comme la « Capitale du Nord ». C’est une très jolie ville avec nombreuses maisons anciennes et pittoresques. Voici une suggestion d’itinéraire pour visiter Akureyri en environ 2 heures.

Commencez par Hafnarstræti, la principale rue commerçante d’Akureyri. Appréciez les jolis bâtiments de part et d’autre avant de vous arrêter pour acheter des souvenirs ou prendre un café pour vous réchauffer dans l’une des nombreuses boutiques.

Au croisement entre Hafnarstræti et Kaupvangsstræti, prenez à droite et grimpez les 112 marches pour accéder à Akureyrarkirkja, l’église d’Akureyri. Elle a été construite en 1940 par Guðjón Samúelsson, l’architecte aussi en charge d’Hallgrímskirkja à Reykjavik (voir mon prochain article). Son architecture moderne ne sera pas forcément au goût de tout le monde… Qu’en pensez-vous ?

Akureyri, Akureyrarkirkja, church

Suivez le chemin à gauche de l’église jusqu’à Eyrarlandsvegur et prenez à gauche. Les maisons sur la droite de cette rue sont très belles, et à l’intersection avec Hrafnagilsstræti vous trouverez une autre église dans un style bien plus traditionnel islandais (KaÞólskakirkjan, « l’église catholique »).

Continuez tout droit sur Eyrarlandsvegur jusqu’aux jardins botaniques d’Akureyri. Il s’agit d’un des jardins botaniques les plus septentrionaux au monde, mais cet emplacement extraordinaire ne semble pas perturber les 7000 espèces de plantes et fleurs qui y poussent.

Sortez du jardin sur Eyrarlandsvegur par la même porte par laquelle vous êtes entrés et prenez à droite puis à gauche sur Spítalvegur. Repérez un petit chemin sur votre gauche descendant la colline à travers les bois. Tout en bas, vous voilà dans le vieux Akureyri. Au 19ème siècle, lorsque le village commença doucement à se développer, c’est là que se trouvait le centre-ville. Les rues d’Hafnarstræti et Aðalstræti marquaient d’ailleurs la limite des quais du tout premier port de l’époque. Vous trouverez quelques panneaux explicatifs dans les rues avoisinantes avec plus de détails sur l’histoire de la ville et désignant quelques anciens bâtiments parmi lesquels la plus ancienne maison d’Akureyri encore debout (construite en 1795).

Continuez vers le sud jusqu’au bout d’Aðalstræti pour y voir d’autres jolies maisons de toutes les couleurs puis revenez sur vos pas et prenez Hafnarstræti jusqu’à rejoindre l’intersection avec Kaupvangsstræti à partir de laquelle vous êtes montés jusqu’à l’église d’Akureyrarkirkja un peu plus tôt. Voilà, vous avez vu l’essentiel d’Akureyri !

A ce stade, vous avez peut-être d’ores et déjà remarqué un détail amusant, mais si ce n’est pas le cas prêtez attention aux feux de signalisation. Vous ne remarquez rien de spécial ? Tous les feux rouges d’Akureyri sont en forme de cœurs, une jolie attention pour les conducteurs.

Akureyri, red light, heart

Où passer la nuit ? Il y a plusieurs auberges à Akureyri. J’ai passé la nuit à l’Akureyri Hostelling International Hostel, pas l’endroit le plus chaleureux où j’aie séjourné en Islande mais une auberge propre avec un bon rapport qualité-prix (à partir de 3300 couronnes/24€ pour un lit en dortoir, 5600 couronnes/41€ pour une chambre privée).

Depuis Akureyri, vous pouvez soit vous rendre dans les fjords du Nord-Ouest (une région d’Islande que je n’ai malheureusement pas pu visiter), rejoindre Reykjavik par la Route 1 ou bien explorer la Péninsule de Snæfellsnes. Si vous voulez en savoir plus sur cet endroit magnifique, ne manquez pas mon prochain article en ligne prochainement !

🇮🇸 Cliquez ici pour revenir au menu sur l’Islande.

One thought on “Road trip en Islande, troisième partie : le Nord sauvage

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s