Road trip en Islande, quatrième partie : la péninsule de Snæfellsnes et Reykjavik

Voyager en Islande est une expérience unique. Je n’oublierai jamais les paysages fantastiques que j’ai vus au cours des 12 jours que j’y ai passé en Septembre 2018, la beauté de la nature sauvage et l’impression récurrente d’être sur une autre planète. La meilleure façon d’apprécier un séjour en Islande est d’y faire un road trip, en particulier en été lorsque le soleil ne se couche presque jamais. Voici le deuxième d’une série de 4 articles décrivant un itinéraire de 9 jours autour du pays, ainsi que mes suggestions d’hébergements à prix abordables si le camping n’est pas votre truc.

Pour les deux derniers jours de cet itinéraire, partons à la découverte de la péninsule de Snæfellsnes, quelques heures au nord de Reykjavik. Elle est souvent décrite comme une version condensée de l’Islande, car elle regroupe à peu près tout ce qui rend ce pays si beau : une côte magnifique, des plages de sable noir, des cascades et même un glacier ! Bonus : à la fin de cet article, je vous ferai également découvrir certains des endroits les plus intéressants à voir à Reykjavik.

📷 Pour plus de photos allez voir ma galerie d’images : Snaefellsnes Peninsula.

🇬🇧 Click here to read this article in english.

🇮🇸 Cliquez ici pour revenir au menu sur l’Islande.

Allez lire les autres articles concernant cet itinéraire autour du pays : Première partie : la côte Sud ; Deuxième partie : cap à l’Est ; Troisième partie : le Nord sauvage.

Snaefellsnes Peninsula, road

Attention : j’ai fait ce road trip en Septembre 2018 avec une météo majoritairement bonne, peu de vent et des journées assez longues. Vérifiez toujours les conditions météorologiques et l’état de la route avant de vous lancer sur un trajet et adaptez votre itinéraire si besoin. Rappelez-vous également qu’il y a moins de 5 heures de jour au cœur de l’hiver et que vous ne pourrez forcément pas faire autant de choses qu’en été.

Cet article commence à Akureyri où une longue route vous attend jusqu’à Stykkishólmur sur la côte nord de la péninsule de Snæfellsnes, et s’achève le lendemain à Reykjavik. Mais ce que je décris ici comme la fin d’un itinéraire tout autour de l’Islande peut aussi être effectué en aller-retour depuis la capitale du pays si votre temps est limité.

8ème jour : en route pour Stykkishólmur (Akureyri- Stykkishólmur)

Si vous venez d’Akureyri, préparez-vous à un long trajet. Pas tant à cause de la distance (350km, rien d’insurmontable) qu’à cause de la condition des routes. Les 3 premières heures ne posent aucun souci puisqu’il suffit de suivre la Route 1 mais celle-ci ne dessert pas la péninsule de Snæfellsnes et continue directement jusqu’à Reykjavik. Après environ 225km il vous faudra donc prendre à droite sur la route 68 puis rapidement à gauche sur la route 59, et c’est là que les problèmes commencent car la majorité du trajet restant jusqu’à Stykkishólmur se fait sur des routes non asphaltées. Si la météo est propice, ces pistes en gravier sont parfaitement accessibles avec une voiture normale et vous n’aurez pas besoin d’un 4×4, mais vous devrez ralentir et faire preuve de plus de prudence.

Au bout de la route 59, prenez à gauche pour quelques kilomètres de bitume sur la route 60 avant de retrouver de la piste en prenant à droite sur la route 54, le début de la péninsule. Les 65 km suivant sur ce terrain sont longs et fatigants, mais au moins le paysage est superbe (en témoignent les photos ci-dessous). Finalement le dernier tronçon jusqu’à Stykkishólmur est de nouveau asphalté, tout comme l’intégralité de la péninsule à partir de là. Ouf !

Si vous venez de Reykjavik, vous n’aurez pas ce genre de problème. Après avoir pris la Route 1 vers le nord, prenez à gauche sur la route 54 à la hauteur de Borgarnes, puis après environ 60 km à droite sur la route 56 qui traverse la péninsule en direction de Stykkishólmur. L’itinéraire tout entier se fait sur des routes asphaltées et bien entretenues et ne devrait pas dépasser les 2 heures et demi. Si vous venez d’Akureyri et voulez absolument éviter les pistes, vous pouvez rester sur la Route 1 jusqu’à Borgarnes et suivre cet itinéraire mais cela vous fera un très grand détour.

Stykkishólmur est l’un des plus beaux villages d’Islande. Dur de dire lequel fût mon préféré entre celui-ci et Seyðisfjörður à l’est ! A vrai dire ces deux villages ont un point commun : ils apparaissent tous deux à l’écran dans le film « La Vie Rêvée de Walter Mitty »… même si dans le cas de Stykkishólmur l’action est supposée se dérouler au Groenland ! Si vous avez vu le film, vous vous rappelez probablement de cette scène où Ben Stiller arrive dans un bar en plein karaoke et se retrouve à sauter dans un hélicoptère un peu plus tard ; c’est le port de Stykkishólmur que l’on voit alors, et pas celui de Nuuk comme l’histoire le prétend.

Pas besoin d’avoir vu le film pour apprécier pleinement la beauté du village pour autant. Le port est assez large, avec de nombreux bateaux ancrés dans ce bassin naturel dominé par un escarpement rocheux à l’opposé, et les maisons ont ces couleurs vives caractéristiques des pays nordiques.

Où passer la nuit ? Le Harbour Hostel à Stykkishólmur est probablement l’un des endroits les plus chaleureux où j’aie séjourné en Islande. Comme son nom le suggère, l’établissement est idéalement situé face au port et l’atmosphère des parties communes au rez-de-chaussée et à l’étage inférieur est vraiment accueillante, avec décoration rétro, canapés confortables et même un piano. A ne pas manquer si vous êtes de passage ! A partir de 3290 couronnes (24€) pour une nuit en dortoir de 12 lits.

9ème jour : autour de la péninsule (Stykkishólmur-Reykjavik)

Après une bonne nuit de sommeil, prenez la route 54 vers l’ouest. Rapidement vous vous retrouverez au milieu d’un ancien champ de lave du nom de Berserkjahraun formé par une éruption il y a 3000 ou 4000 ans. Depuis, la roche noire a petit à petit été couverte de végétation et notamment d’une mousse donnant un aspect doux et fragile à la zone.

Quelques kilometers plus loin, juste après le village de Grundarfjörður, se trouve Kirkjufell, l’une des icônes du pays. On dit que cette montagne (dont le nom signifie littéralement « montagne de l’église ») est la plus photographiée d’Islande… et j’y crois volontiers au vu de son emplacement isolé au bord de l’océan, de sa forme si particulière et du paysage parfait formé par la montagne et les chutes d’eau de Kirkjufellfoss juste à côté.

Snaefellsnes Peninsula, Kirkjufell

Peu après Kirkjufell, la route 54 bifurque vers le sud et coupe à travers la péninsule ; suivez alors la direction d’Olafsvík et Hellissandur sur la route 574. A votre droite, une côte magnifique avec des plages de sable noir et à votre gauche, le glacier de Snæfellsjökull… malheureusement souvent caché derrière les nuages, comme c’était le cas pour moi ce jour-là.

A l’extrémité de la péninsule se trouve le Parc National de Snæfellsjökull. Parmi les multiples attractions qui s’y trouvent, allez faire un tour au très beau et facilement accessible cratère de Saxhóll. Vous pouvez monter au sommet par un escalier pour profiter du panorama sur les environs ponctués d’autres cratères. La route dans cette zone est particulièrement belle, au milieu d’un paysage sublime.

A la pointe sud-ouest de la péninsule de Snæfellsnes, ne manquez pas les impressionnants rochers de Lóndrangar, qui sont tout ce qui reste de l’érosion d’un ancien cratère. Juste à côté, le phare de Malarrif domine une magnifique côte de lave noire. Encore une fois, le paysage est exceptionnel.

Après autant de merveilles depuis Stykkishólmur, vous allez peut-être avoir du mal à le croire mais le meilleur est encore à venir ! Quelques kilomètres après Lóndrangar, prenez à droite vers le village d’Hellnar. Admirez au passage la très belle église rouge et blanche typiquement islandaise puis descendez jusqu’à la mer où vous pourrez voir une arche naturelle parmi les falaises au-dessus de vous.

Juste à gauche se trouve le début d’une des plus belles promenades côtières d’Islande, reliant Hellnar à Arnastapi. Le chemin s’effectue en 45 minutes à 1 heure (dans un sens) avec des vues à couper le souffle sur la côte sud de la péninsule et de jolies maisons colorées. Le temps fort de la balade est l’impressionnante arche naturelle de Gatklettur, tout près d’Arnastapi.

Snaefellsnes Peninsula, waterfallIl y aurait encore bien d’autres choses à voir dans la péninsule de Snæfellsnes, mais pour cela il faudrait rester encore au moins une journée de plus. Pour le moment il est temps de revenir à Reykjavik, après avoir parcouru encore une très belle route le long de la côte sud et ses merveilles naturelles comme cette cascade à gauche. Petit conseil sur la route : si vous avez assez de temps, 25 km après Borgarnes prenez à gauche sur la route 47 pour faire le tour du fjord de Hvalfjörður au lieu de suivre la Route 1 qui passe en-dessous par un tunnel. Le paysage mérite le (large) détour !

Où passer la nuit ? J’ai testé 2 auberges à Reykjavik : le Bus Hostel que j’ai trouvé très décevant et que je déconseille, et Hlemmur Square qui était beaucoup plus agréable. Vous y trouverez des dortoirs (à partir de 3900 couronnes/28€ la nuit) et des chambres de luxe à l’étage supérieur. Il y a un bar/restaurant au rez-de-chaussée, qui sert un immense et délicieux buffet pour le petit déjeuner (pour 1500 couronnes/11€ supplémentaires).

Bonus : les principales choses à voir à Reykjavik

Avec moins de 130 000 habitants (220 000 personnes dans le grand Reykjavik), la capitale islandaise est une ville qu’on explore facilement en une journée. L’endroit est très touristique et le nombre de boutiques de souvenirs est impressionnant ; vous aurez l’embarras du choix pour trouver un cadeau à ramener à la maison… Voici ce qu’il ne faut pas manquer à Reykjavik :

Hallgrímskirkja

L’église de Reykjavik, construite par le même architecte (Guðjón Samúelsson) qui a aussi réalisé l’église d’Akureyri (Akureyrarkirkja). Erigée au sommet d’une colline dominant la ville, il est impossible de manquer cette immense structure ! Faites aussi un tour à l’intérieur pour voir le très bel orgue.

Harpa

Harpa, le deuxième bâtiment emblématique de Reykjavik, se trouve au bord de l’eau juste à côté du port, bien qu’il n’ait rien à voir avec l’océan. Ce chef d’œuvre architectural sert en réalité de salle de concert et de centre de conférence. Prenez le temps d’admirer cette façade exceptionnelle, dont le design s’inspire des colonnes de basalt qu’on peut trouver un peu partout en Islande.

Le Sun Voyager

A quelques centaines de mètres d’Harpa le long de la mer, allez faire un tour pour voir cette jolie sculpture qui me fait personnellement penser à un bateau viking ou à une baleine. En réalité, il s’agit d’un bateau de rêve ou d’une ode au soleil. Avec l’océan juste derrière, vous pouvez y faire de jolies photos.

Sculpture, Reykjavik

Maisons colorées et street art

Reykjavik est une cité moderne mais à l’instar des villages traditionnels partout en Islande vous trouverez beaucoup de jolies maisons colorées dans différents endroits de la ville. De mon point de vue, la meilleure manière de les découvrir est de se promener sans but, d’une rue à l’autre, en gardant les yeux bien ouverts pour ne pas manquer de belles façades… ou des peintures murales, car le street art est aussi assez répandu ici. Essayez de trouver les quelques endroits de Reykjavik où des cœurs ont été peints directement sur la chaussée !

Restaurants et cuisine

Reykjavik est certainement le meilleur endroit d’Islande pour goûter de la cuisine traditionnelle. Parmi les nombreux restaurants de la ville, en voici 2 que j’ai testés et que je recommande :

  • Sur Lækjargata, Icelandic Street Food est (pour citer leur site web) « le premier concept de fast food d’Islande basé sur de la nourriture traditionnelle. […] C’est un restaurant familial et les recettes me viennent de ma grand-mère ». Même si le menu est restreint (ragoût de poisson appelé le « plat préféré du pêcheur » et soupe d’agneau ou de crustacés), la grand-mère en question s’y connait en cuisine ! Encore mieux, après avoir fini votre délicieuse soupe (servie directement à l’intérieur d’une large miche de pain) vous avez droit à une seconde tournée offerte, et vous pouvez même vous servir gratuitement parmi les pâtisseries à disposition. L’endroit est très touristique (venez tôt pour avoir une place !) mais vaut vraiment le coup !

reyjavik-icelandic-street-food

  • Salka Valka se trouve tout près d’Hallgrímskirkja sur Skólavörðustígur. Tout tourne autour du poisson dans ce restaurant accueillant et chaleureux ! Ne manquez pas leur spécialité, le traditionnel « Plokkfiskur » qui consiste en un mélange d’aiglefin et de morue mixé avec de la pomme de terre, des oignons, des épices et des herbes, recouvert de sauce béarnaise et accompagné de patate douce, de riz basmati, de brocoli et du délicieux « rúgbrauð », pain traditionnel islandais sucré. Un régal ! (Photos ci-dessous par Wendy Haspot)

Alors, à quand votre prochain voyage en Islande ? Dites-le-moi en commentaires ou partagez vos propres expériences ! Merci.

🇮🇸 Cliquez ici pour revenir au menu sur l’Islande.

Article précédent : Road trip en Islande, troisième partie : le Nord sauvage.

4 thoughts on “Road trip en Islande, quatrième partie : la péninsule de Snæfellsnes et Reykjavik

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s