The Joshua Tree : un album et un parc national

The Joshua Tree est peut-être mon disque préféré. Je l’ai écouté un nombre incalculable de fois, toujours avec le même plaisir que la première fois. La pochette en noir et blanc et la photo de cet arbre étrange qui lui a donné son nom sont même devenus presque mythiques pour moi. Du coup lorsque j’ai visité le Parc National de Joshua Tree en Californie le choix de la bande son était rapide… Alors que je conduisais dans cet endroit magnifique, écoutant ces chansons que j’adore, une idée m’est venue : combiner les deux expériences, la musique et le paysage. Voici le résultat de cette idée, un article très différent de tout ce que j’ai écrit auparavant. Voici The Joshua Tree, un album et un Parc National.

u2-joshua-tree-cover

📷 Pour plus de photos, allez voir ma galerie d’images du Parc National de Joshua Tree.

🇬🇧 Click here to read this article in english.

🇺🇸 Cliquez ici pour revenir au menu sur les Etats-Unis.

1/ Where The Streets Have No Name

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Joshua Tree National Park, entranceDe longues notes de synthé en introduction. Un riff de guitare reconnaissable instantanément, montant doucement en puissance jusqu’à ce que soudainement le vrombissement de la basse et le rythme de la batterie fassent leur apparition, plus d’une minute après le début du morceau. C’est l’une des mes chansons préférées de tous les temps et le volume est à fond dans ma voiture au moment où j’entre dans le parc, laissant Salton Sea et Slab City derrière moi. L’excitation est à son comble et j’ai hâte de voir mon premier Joshua tree. Bono commence à chanter : “I want to run/I want to hide…” (“Je veux courir/Je veux me cacher”). C’est parti !

2/ I Still Haven’t Found What I’m Looking For

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un bref arrêt au centre d’information de Cottonwood pour me procurer une carte et demander quelques conseils pour savoir où aller et je reprends la route, écoutant la seconde piste de l’album. Je n’ai toujours pas vu de Joshua tree et je vais devoir être encore un peu patient : il n’y en a pas de ce côté du parc car ils ne poussent qu’à une altitude très spécifique et je vais devoir monter encore un peu avant d’en trouver. Mais je suis en vacances, rien ne presse, et le paysage rouge et aride autour de moi est très beau de toute manière.

3/ With Or Without You

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toujours pas d’arbres à l’horizon mais je m’arrête tout de même pour la première fois pour me promener au milieu d’un vaste champ de cactus cholla. Ils ne sont pas très grands mais très jolis avec leurs troncs noirs et leurs épines d’un jaune/vert pâle. Mais lorsque je m’approche un peu plus près pour délicatement les toucher, je me rends compte à quel point elles sont dures et solides : malheur à celui qui trébuche sur un de ces cactus, il risque de ne jamais l’oublier ! On pourrait d’ailleurs en dire de même de cette chanson : elle débute doucement avant de monter en puissance jusqu’à ce que Bono lâche toute sa puissance vocale sur le dernier refrain et une fois que vous l’entendez, vous ne pouvez plus l’oublier. L’un des plus beaux morceaux de U2 et l’un de leurs plus grands succès commerciaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4/ Bullet The Blue Sky

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ca y est. Ils sont là. Arrivé à la hauteur du camping de White Tank, je vois enfin mes premiers Joshua trees. Encore une fois, le spectacle est grandiose : c’est un véritable chaos de rochers de toutes tailles, et l’érosion a créé quelques délicates arches entre eux. Le soleil cogne au-dessus de ma tête et le ciel est bleu mais les seuls sons que j’entends sont ceux de mon appareil photo, shootant sans relâche ces arbres, au même rythme que la partie de batterie qui débute ce titre. Ce sont probablement les arbres les plus photogéniques que j’aie jamais vus, en particulier en noir et blanc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5/ Running To Stand Still

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il fait trop chaud pour courir ou même pour randonner cet après-midi. A la place je conduis jusqu’à Keys West, le point le plus haut du parc. Je reste debout au sommet pendant un moment, avec les notes de pianos de la 5ème piste de l’album dans mes oreilles tout en contemplant la vue magnifique face à moi. Et puis je redescends tranquillement jusqu’à Joshua Tree Village où ma chambre pour la nuit se trouve. Demain est annoncé moins chaud, je reviendrai tôt pour explorer le reste du parc dans la matinée.

Joshua Tree National Park, Keys View

6/ Red Hill Mining Town

 

 

 

 

 

 

 

 

Saviez-vous que la ruée vers l’or au 19ème siècle avait aussi touchée cette partie de la Californie ? Je l’ignorais avant d’explorer la partie du parc située non loin de Barker Dam. Des ruines de cette période s’y trouvent et notamment le « Wall Street stamp mill », une machine servant à séparer l’or du minerai creusé dans les mines. C’est l’une des zones les plus isolées du parc et je suis tout seul, à l’exception d’un lapin aux grandes oreilles, de magnifiques fleurs rouges sur un cactus et même de quelques voitures abandonnées ici depuis des décennies ! En réalité les déserts ne sont jamais aussi vides qu’ils semblent l’être au premier abord : ils sont plein de surprises et il y a tant à y voir quand on sait où regarder !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7/ In God’s Country

 

 

 

 

 

Pour les Indiens natifs de même que pour les colons, l’eau a toujours été une question de vie ou de mort dans des terres aussi arides. Le Barker Dam, un petit barrage, a été construit en 1900 par les premiers éleveurs venus dans la région. Le lac artificiel créé ainsi existe toujours aujourd’hui et c’est une vision étonnante de tomber sur une étendue d’eau au milieu du désert. Le chemin qui conduit au barrage passe aussi devant un rocher sur lequel des pétroglyphes ont été peints par les Indiens. Ils ne croyaient pas au même Dieu mentionné dans cette chanson, mais ils croyaient en la nature et leurs esprits sont sans doute toujours présents dans ces pétroglyphes ou ailleurs dans le parc. Vous les verrez peut-être dans vos rêves, « dreams beneath the desert sky » comme le chante Bono dans le premier couplet de ce titre…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

8/ Trip Through Your Wires

 

 

 

Mon prochain arrêt est Hidden Valley, la Vallée Cachée, un endroit entouré de hauts rochers la rendant impossible d’accès jusqu’à ce que les premiers colons utilisent de la dynamite pour créer un passage. La Vallée Cachée était utilisée par des brigands et bandits qui y cachaient les chevaux qu’ils avaient volés : derrière ces rochers ils étaient complètement invisibles depuis l’extérieur ! De nos jours un chemin circule dans la vallée, avec plusieurs panneaux expliquant les particularités de cet écosystème unique et fragile, différent du reste du parc car les rochers amènent plus d’ombre et sont une protection naturelle contre le vent tandis que l’eau y est plus facilement stockée. On s’en rend compte facilement : il y a bien plus d’arbres à l’intérieur qu’à l’extérieur. Beaucoup de cactus également, avec de magnifiques fleurs rouges.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9/ One Tree Hill

 

 

one-tree-hillMa dernière randonnée de la journée m’amène au sommet de Ryan Hill, où la vue à 360° sur le parc est superbe. L’ascension n’est pas particulièrement compliquée mais évitez de l’entreprendre en plein été car il n’y a aucune ombre sur le chemin et les températures peuvent monter très haut. Mais ce jour là le vent souffle si fort qu’il fait vraiment froid tout en haut ! Je prends une photo rapide d’un Joshua tree isolé avant de redescendre, pensant à la « vraie » One Tree Hill, celle de la chanson, à Auckland où j’étais quelques mois plus tôt et où j’ai pris la photo ci-contre. Ce titre fût écrit à la mémoire de Greg Carroll, un Maori qui rencontra le groupe lors d’une de leurs tournées et les suivit comme roadie jusqu’à son décès accidentel à Dublin en 1986 ; une connexion émouvante entre la Nouvelle-Zélande, l’Irlande et l’Amérique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10/ Exit

Il est déjà temps de quitter le parc… Avant de prendre la route vers Las Vegas, ma prochaine destination, je m’arrête une dernière fois aux Jumbo Rocks, un autre amas de rochers de différentes tailles et formes. L’un d’entre eux ressemble d’ailleurs à un gigantesque crâne. C’est plutôt amusant d’escalader ces gros cailloux pour explorer le coin, et les enfants autour de moi semblent s’éclater. Après quelques minutes je retourne à ma voiture, mets le contact et suis les panneaux « Exit ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11/ Mothers Of The Disappeared

Sur la route vers Las Vegas, en écoutant la dernière piste de l’album, je traverse une vaste forêt de Joshua trees dans le désert Mojave. Si la plupart d’entre eux sont concentrés dans le Parc National de Joshua Tree, d’autres arbres sont dispersés assez loin dans le Nevada ou plus au nord de la Californie. LE Joshua tree, celui en photo dans l’album se trouve d’ailleurs proche de la Vallée de la Mort, à des kilomètres du parc ! Il s’est écroulé il y a quelques années et est depuis une sorte de « lieu de pèlerinage » pour fans de U2, mais il se trouve beaucoup trop loin de mon itinéraire pour que j’y fasse un détour.

u2-joshua-tree

J’espère que vous avez apprécié ce voyage musical et touristique au cœur du Parc National de Joshua Tree !

🇺🇸 Cliquez ici pour revenir au menu sur les Etats-Unis.

One thought on “The Joshua Tree : un album et un parc national

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s