Djuradje, graffeur serbe à Saint-Nazaire

Sur la côte Atlantique, près de Nantes et au sud de la Bretagne, Saint-Nazaire est l’endroit où j’ai grandi. C’est aussi l’endroit où je travaille aujourd’hui, depuis mars 2019 lorsque j’ai été embauché à l’Office de Tourisme de la ville. L’une de mes premières missions fut de rédiger une brochure touristique à propos du street art à Saint-Nazaire. Au cours de cette mission, je suis tombé sur une fresque magnifique réalisée par un artiste inconnu, avant de découvrir qui en était l’auteur ainsi que son histoire étonnante. Voici comment ça s’est déroulé.

📷 Pour plus de photos, allez voir ma galerie d’images de Saint-Nazaire.

🇬🇧 Click here to read this article in english.

Cliquez ici pour revenir au Blog.

Depuis quelques années, d’immenses peintures murales fleurissent sur les murs de Saint-Nazaire. Tout a commencé en 2015, grâce au festival de musique « les Escales ». Chaque été, ce festival très populaire consacre une partie de sa programmation à une ville ou un pays du monde en particulier, et de nombreux artistes de cet endroit sont invités à se produire en live lors des trois soirs de fête à la fin du mois de juillet. En 2015, le focus était sur Valparaiso au Chili, et pour la première fois, trois artistes urbains (INTI, photo en haut à gauche ci-dessous, La Robot de Madera, photo de droite, et Charquipunk, en bas à gauche) furent aussi invités pour peindre trois fresques dans le quartier du Petit Maroc, sur le port, là où se déroule le festival.

Depuis, une nouvelle peinture est réalisée chaque été, par la sud-africaine Nardstar* en 2016 (en haut à droite ci-dessous), l’artiste de Detroit Ellen Rutt en 2017 (photo de gauche) et le peintre brésilien Apolo Torres en 2019 (en bas à droite).

En 2018, le focus sur Melbourne fut un moment particulier pour moi : ma ville de naissance célébrant la ville que j’aime le plus au monde et où j’ai vécu pendant plusieurs mois lors de mes voyages ! La fresque réalisée cette année-là est de mon point de vue un véritable chef d’œuvre :

saint-nazaire-street-art-adnate

Elle fut peinte par Adnate, un artiste qui consacre une grande partie de son travail à la cause du peuple aborigène d’Australie. J’ai eu la chance d’admirer plusieurs autres œuvres dans les rues de Melbourne :

En tout cas, lorsque j’ai commencé à lister les œuvres qui allaient apparaitre dans la brochure que je rédigeais pour l’Office de Tourisme, je n’ai eu aucun problème à trouver les informations concernant ces fresques. Mais ce fut beaucoup moins simple pour une autre œuvre…

saint-nazaire-street-art-djuradje

saint-nazaire-street-art-oides-340La peinture murale ci-dessus a été peinte sur les murs d’un ancien blockhaus de la Seconde Guerre Mondiale sur le port, face à l’océan, dans un endroit calme et à l’écart où seuls quelques pêcheurs se rendent. Il m’aurait été impossible de retrouver son auteur sans l’aide d’une personnalité populaire et pourtant assez secrète de Saint-Nazaire : le créateur des « Oides ».

Le nom « Oides » vient du mot doigt prononcé en verlan. Il désigne de petits personnages bleus et toujours souriants, œuvres d’un artiste local qui a choisi de rester anonyme : en effet, à l’origine la plupart de ses personnages furent peints de manière illégale. Ils sont désormais plus de 500 dans l’agglomération nazairienne, où ils sont vite devenus célèbres et très appréciés.

Une fresque avec quelques « Oides » (photo ci-dessous) partageait le même mur que cette mystérieuse œuvre, et par chance leur créateur savait qui en était l’auteur : un artiste de Belgrade du nom de Djuradje.

saint-nazaire-street-art-oides-island

Qu’est-ce qu’un artiste Serbe faisait à Saint-Nazaire ? Le mystère demeurait jusqu’à ce que je le contacte directement via son compte Instagram. Quelques heures plus tard, il me répondait par une note vocale, m’expliquant comment il avait atterri ici. J’ai trouvé son histoire si intéressante qu’elle méritait d’être publiée. La voici :

« J’étais à Paris avec quelques amis au début de l’année et nous avons décidé de venir jusqu’à Saint-Nazaire pour y retrouver une autre de mes amies qui y habite. Comme tout bon artiste de rue, je ne me sépare jamais de mes bombes de peinture et lorsque j’étais sur place, j’ai décidé de peindre une fresque. Mon amie m’a montré plusieurs endroits en ville et j’ai choisi celui-là car il faisait face à l’océan. Un matin, nous prenions le petit déjeuner en bord de mer avec elle et une de ses amies qui voyage beaucoup. Nous parlions des endroits qu’elle avait visités et de son rêve de traverser l’Océan Atlantique à la voile, et cela m’a inspiré pour cette fresque. Elle s’appelle « The Old Man and the Ocean », « Le Vieil Homme et la Mer » et elle représente ce rêve mais aussi en même temps mon propre rêve d’explorer le monde à mon tour. Voilà l’histoire de cette œuvre et de comment je suis venu à Saint-Nazaire. »

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Un autre festival se déroule chaque année à Saint-Nazaire à la fin du mois de juin : le festival « Bouge », qui met à l’honneur les cultures urbaines avec de la musique, de la danse, du sport et du street art. Certains de ses organisateurs ont vu la fresque qu’avait peintre Djuradje et ont alors décidé de l’inviter à réaliser une œuvre pendant le festival. C’est ainsi que quelques semaines après sa première visite, il est revenu à Saint-Nazaire et a collaboré avec une douzaine d’autres artistes (parmi lesquels un autre Serbe qui l’accompagnait ainsi que le créateur des « Oides », en charge de ce projet) pour donner une deuxième jeunesse à un large mur de béton, sur le thème de la piraterie.

Je l’ai brièvement rencontré alors qu’il était à l’ouvrage et ai bu un café avec lui et son ami Serbe (l’homme au travail sur le cliché en haut à droite ci-dessus). Il m’a aussi laissé prendre une photo de lui, posant devant la fresque qu’il était en train de finaliser ce jour-là. Malheureusement, je n’ai pas pu m’attarder mais tous deux étaient très sympathiques et c’était un plaisir d’enfin mettre un visage derrière une œuvre !

saint-nazaire-street-art-djuradje-pirate

saint-nazaire-street-art-brochure

Et qu’en est-il de cette fameuse brochure dans tout ça ? Elle a finalement été publiée la semaine passée, au début du mois d’août 2019, et elle regroupe non seulement toutes les peintures murales mais aussi les sculptures, monuments et lieux d’exposition de Saint-Nazaire. Parcourez-la en ligne ou allez vous la procurer à l’Office de Tourisme si vous visitez la ville !

 

 

Cliquez ici pour revenir au Blog.

3 thoughts on “Djuradje, graffeur serbe à Saint-Nazaire

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s