Bienvenue à Saint-Nazaire !

Aujourd’hui avec cet article, j’ai envie de vous en dire sur la ville où j’ai grandi et où je travaille désormais : Saint-Nazaire, sur la côte Atlantique. Si vous n’habitez pas en France mais connaissez déjà ce nom, c’est peut-être parce que vous avez lu mon précédent article à propos du street art, mais plus probablement à cause d’une chose : le chantier naval, célèbre pour construire les plus grands navires de croisière au monde. En raison de cet aspect industriel, Saint-Nazaire est parfois décrite comme une ville laide et ennuyeuse. Ca a pu être vrai par le passé, mais plus maintenant… surtout si vous savez où aller. Venez voir à quoi ressemble ma ville de plus près !

📷 Pour plus de photos, allez voir ma galerie d’images de Saint-Nazaire.
J’ai aussi emprunté quelques photos à ma propre mère pour cet article – allez faire un tour sur son blog “Mon abécédaire de Saint-Nazaire” !

🇬🇧 Click here to read this article in english.

Cliquez ici pour revenir au Blog.

Un peu d’histoire

Jusqu’à la première moitié du 19ème siècle, Saint-Nazaire n’était rien de plus qu’un petit port, où à peine 3000 personnes vivaient, entre pêcheurs et pilotes de Loire spécialisés dans la navigation sur le dangereux estuaire. Mais à la moitié du siècle, tout changea. A cause de leur taille constamment grandissante, les bateaux ne pouvaient plus remonter la Loire jusqu’à Nantes 50km en amont. C’est pourquoi il fut décidé de créer un avant-port à Saint-Nazaire, qui transforma du tout au tout ce petit village. A la même période, le train arriva jusqu’en ville, des lignes transatlantiques reliant Saint-Nazaire à l’Amérique Centrale par la mer furent créées, et le premier bateau construit par les tous nouveaux chantiers navals, l’Impératrice Eugénie, fut lancé en 1864.

La croissance de la ville fut fulgurante et semblait inarrêtable… jusqu’à la seconde guerre mondiale. L’armée allemande décida de construire une base sous-marine à Saint-Nazaire, à l’exact emplacement où les navires transatlantiques à destination de l’Amérique Centrale étaient amarrés avant la guerre. Les Alliés tentèrent de la détruire et bombardèrent Saint-Nazaire à de multiples reprises, mais le bunker resta debout tandis que la ville elle était rasée à 85%. Les Allemands tinrent bon et continuèrent d’occuper Saint-Nazaire, qui devint un point stratégique important sur la côte Atlantique. La ville fut libérée le 11 mai 1945, 3 jours après la fin officielle de la seconde guerre mondiale ; ce fut la dernière encore occupée par les nazis en Europe !

Après la guerre, la ville dût être entièrement rebâtie, avec un nouveau centre un peu plus à l’intérieur des terres et plus éloigné du port.

La base sous-marine

Lorsqu’on la voit aujourd’hui, dur d’imaginer que cet immense bunker a été construit en moins de 3 ans. A certains endroits, le toit fait même plus de 8m d’épaisseur ! C’est depuis ce bâtiment que l’exploration de Saint-Nazaire que je vous propose débute.

Saint-Nazaire, submarine base, harbour

Après la guerre, le problème que les Alliés avaient rencontré se posa à nouveau : comment la détruire ? Cela aurait coûté extrêmement cher, et pendant plusieurs décennies la base sous-marine fut laissée là, tel un gigantesque mur entre la ville et son port. C’est seulement à la fin du 20ème siècle que de nouveaux projets virent le jour, dans le but d’utiliser au mieux le bâtiment. Elle abrite désormais de nombreuses attractions : un musée immersif et interactif au sujet de l’histoire des paquebots transatlantiques (Escal’ Atlantic), l’Office de Tourisme (mon lieu de travail !), un restaurant, une salle de concert, un lieu d’exposition et une salle polyvalente. C’est aussi un lieu intéressant pour les photographes, qui offre de nombreuses perspectives inattendues.

saint-nazaire-submarine-base-radome

Le toit de la base sous-marine est ouvert gratuitement au public. Il offre un panorama à 360° sur la ville, l’estuaire de la Loire et les chantiers navals tous proches. Un point de départ idéal pour explorer Saint-Nazaire ! Le radôme qui se trouve également sur le toit n’est pas un vestige de la seconde guerre mondiale : il se trouvait auparavant à l’aéroport Tempelhof de Berlin, où il abritait un radar de l’OTAN. Il fût offert à la ville en 2007.

Le quartier du Petit Maroc

De l’autre côté du bassin portuaire, le quartier du Petit Maroc est le cœur historique de Saint-Nazaire : c’est là que le village de pêcheurs des origines se trouvait. Son nom peut venir de deux origines différentes : de l’étymologie bretonne, « Ti war roc’h » signifiant « la maison sur le rocher », ou bien des pêcheurs locaux qui naviguaient jusqu’aux côtes du Maroc. Choisissez la version que vous préférez !

Saint-Nazaire, harbour, fishing boats

Je trouve ce quartier fascinant. J’aime marcher le long des bassins où bateaux de pêche, remorqueurs et paquebots en construction sont amarrés. En face de la base sous-marine, l’écluse fortifiée fut elle aussi érigée par l’armée allemande pour sécuriser l’entrée de leurs U-boats dans le port. De nos jours, c’est un sous-marin français des années 60 qui s’y visite (l’Espadon), ainsi qu’un musée du nom d’EOL expliquant comment on crée l’énergie à partir du vent (le premier parc éolien offshore de France sera prochainement construit au large de la côte près de Saint-Nazaire). La terrasse panoramique de cette écluse fortifiée est également ouverte au public, avec là encore une très jolie vue sur le port.

C’est aussi depuis cet endroit que l’œuvre de l’artiste Suisse Felice Varini « Suite de Triangles » peut être admirée : depuis un point très précis, toutes les formes rouges géométriques apparemment dispersées au hasard autour du port s’assemblent pour former une seule et unique œuvre d’art.

saint-nazaire-varini

Côté mer, la jetée du Vieux Môle et son phare très photogénique est un endroit de choix pour admirer les paquebots de croisière construits à Saint-Nazaire lorsqu’ils quittent les chantiers.

Enfin, le quartier du Petit Maroc est le point de départ d’un parcours urbain, à la découverte des nombreuses fresques qui ont été peinte en ville depuis quelques années. Plusieurs d’entre elles se trouvent ici, notamment deux portraits géants peints par les artistes Chiliens Inti et La Robot de Madera, une grande œuvre des « Oides », ces petits personnages bleus très populaires créés par un Nazairien, et juste à côté « The Old Man and the Ocean » par l’artiste Serbe Djuradje, que je vous ai déjà présentée dans un précédent article.

Pour trouver ces fresques ainsi que celles qui se trouvent plus loin en ville, le plus simple est de suivre la carte sur la brochure « l’Art en Ville » que j’ai contribué à écrire, et que vous pouvez vous procurer gratuitement à l’Office de Tourisme ou consulter en ligne.

Street art, brochure, Saint-Nazaire

Place du Commando et quartier de la Havane

Quittons le quartier du Petit Maroc pour arriver à la place du Commando. Ce lieu directement au bord de la plage est le nouvel incontournable de Saint-Nazaire depuis son inauguration en 2018. Avec deux bars, une crêperie, deux restaurants et une grande aire de jeux pour les enfants sur le sable, tout le monde y trouve son compte ! C’est mon endroit préféré pour aller prendre un verre, surtout en été lorsqu’on peut s’assoir sur les marches qui entourent la plage.

saint-nazaire-main-beach-place-du-commando

Le front de mer entièrement réaménagé depuis quelques années débute juste après la place du Commando. Dès qu’un rayon de soleil commence à pointer le bout de son nez, en été comme en hiver, une foule de promeneurs, à pied, à vélo ou en rollers s’y presse. La statue du « Sammy » qui le borde commémore un épisode de la première guerre mondiale : plus de 190 000 soldats américains ont débarqué et ont stationné à Saint-Nazaire avant d’être envoyés au front au nord du pays. La statue représente un soldat américain debout sur un aigle, symbolisant la victoire des forces alliées sur l’armée allemande.

500m plus loin, nous arrivons à l’un des endroits les plus jolis et les plus méconnus de Saint-Nazaire : le quartier de la Havane.

saint-nazaire-la-havane-district-5

Saint-Nazaire, La Havane district

Les noms de rue de ce quartier rappellent les destinations d’Amérique Centrale vers lesquelles les paquebots transatlantiques naviguaient depuis Saint-Nazaire avant la guerre : Veracruz, Santander, la Havane… C’est aussi la seule partie de la ville qui a survécu aux bombardements, et on y trouve encore de nombreuses très belles villas du 19ème siècle. Se promener ici et dans le Jardin des Plantes avoisinant est l’une des plus agréables balades de Saint-Nazaire !

D’ici, deux options : continuer le long du front mer ou bien aller vers le centre-ville avant de revenir vers la base sous-marine.

Le front de mer et le sentier des douaniers

Avant de prendre la direction du centre-ville, commençons par suivre le front de mer un peu plus loin. Quelques bars d’extérieur ponctuent le chemin ; leurs terrasses ouvrent des premiers jours de beau temps du printemps jusqu’à la fin de l’été et sont toujours remplies.

Après l’intersection de Sautron, l’alignement de pêcheries de Port Désiré est l’une des plus jolies vues de Saint-Nazaire. Il est même possible d’en louer une pour quelques heures, pour une après-midi ou une soirée originale !

Saint-Nazaire, fishing cabins, Port Désiré

Le front de mer aménagé s’arrête après la plage de Villès-Martin, où le sentier des douaniers débute. Il fait partie du GR34 qui fait le tour des côtes bretonnes, de Saint-Nazaire jusqu’au Mont-Saint-Michel. C’est mon endroit préféré de la ville. J’y viens souvent pour courir, ou simplement admirer le magnifique panorama sur les plages depuis le haut des falaises.

De la grande plage au niveau de la place du Commando jusqu’à celle des Jaunais juste avant d’arriver à Pornichet, il n’y a pas moins de 20 plages à Saint-Nazaire… mais cela fera l’objet d’un prochain article !

Saint-Nazaire, beach, Kerloupiots

Retour au port en passant par le centre-ville

Revenons au quartier de la Havane, d’où nous empruntons l’avenue Léon Blum en direction du centre-ville. Près de la galerie des Franciscains (une ancienne chapelle aujourd’hui transformée en un lieu d’exposition), deux magnifiques peintures murales réalisées par l’artiste Espagnol David de la Mano encadrent la rue.

La mairie se trouve un peu plus loin, et face à elle commence l’avenue de la République, rue principale du centre-ville. Après quelques centaines de mètres, elle devient entièrement piétonnière, avec un large espace de jeu pour les enfants figurant un dragon des mers en bois, sous la surveillance d’un aigle gigantesque peint sur la façade juste au-dessus par l’artiste DALeast.

saint-nazaire-mural-daleast-dragon

Enfin, avant de revenir au port, allons voir ce qui est de mon point de vue la plus belle fresque de Saint-Nazaire (et l’une des plus éblouissantes qu’il m’ait été donné de voir) : le visage d’un enfant Aborigène peint par l’artiste de Melbourne Adnate. La base sous-marine toute proche est le lieu où cette boucle autour de Saint-Nazaire s’achève. Il y aurait encore bien des choses à dire, mais je les garde pour de futurs articles…

saint-nazaire-street-art-adnate

J’espère que vous avez aimé cette visite virtuelle de Saint-Nazaire et n’hésitez pas à venir m’y rendre visite !

Cliquez ici pour revenir au Blog.

7 thoughts on “Bienvenue à Saint-Nazaire !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s