Souvenirs de voyage : la beauté de la Sicile

Dans moins d’un mois, je me rendrai à Naples pour une semaine de vacances. Mais qu’en est-il de ma dernière visite en Italie ? J’ai voyagé à plusieurs reprises dans ce pays au début des années 2010 : j’ai passé quelques jours à Rome, Florence, Milan et Turin par exemple, et mon dernier voyage fut en Sicile, à l’été 2014. J’y suis resté une semaine, pour rendre visite à des amis qui habitaient dans un village du nom de Rocca di Capri Leone, au nord-est de l’île. Ces vacances étaient géniales mais deux jours en particulier restent inoubliables, et c’est l’histoire de ces journées que je vais partager avec cet article.

📷 Pour plus de photos, allez voir ma galerie d’images de la Sicile.

🇬🇧 Click here to read this article in english.

Cliquez ici pour revenir au Blog.

Premier jour : au sommet de l’Etna et dans les ruelles de Taormina

En général, lorsque je voyage j’aime me documenter sur les endroits que je visite : ce qu’il ne faut pas manquer, où faut-il impérativement se rendre, que faut-il tester… Mais ce voyage en Sicile était différent. Je me reposais totalement sur mes amis pour me guider sur leur île. Il n’y avait qu’une seule exception : je voulais absolument aller à l’Etna et voir ce qui est l’un des volcans les plus actifs au monde. Et c’est ainsi que tôt le matin du 1er août 2014, nous nous sommes lancés sur les routes sinueuses de la campagne sicilienne pour deux heures de conduite entre leur village et le volcan.

Mount Etna, Sicily

Lorsque nous avons aperçu l’Etna pour la première fois, il ne semblait pas très différent d’une montagne normale. Ce n’est qu’en approchant que nous avons réalisé qu’il n’y avait ni arbres, ni prairies, ni rien d’autres sur ses pentes : seulement le noir des roches de magma solidifiées. Nous arrivions du nord, et pour rejoindre le pied du volcan nous avons traversé une large coulée de lave solidifiée, vestige de la récente éruption de 2002.

Notre but était la station de Piano Provenzano. Hormis un hôtel qui avait miraculeusement survécu, la station toute entière avait été détruite au cours de cette éruption. De nouveaux bâtiments ont été reconstruits depuis, mais pour combien de temps ? Nul ne peut prédire quand aura lieu la prochaine… Avant 2002, l’endroit se trouvait à l’orée d’une belle forêt de pins, elle aussi en partie brûlée par la lave. Le contraste entre la roche noire et les arbres verts juste à côté était saisissant.

Nous décidâmes de participer à un tour guidé au sommet de l’Etna. Une piste défoncée, uniquement empruntable avec un 4×4 y conduisait. Au cours du trajet sinueux et cahoteux, nous nous arrêtâmes brièvement au niveau d’un cratère apparu lors de l’éruption de 2002, du nom de Monte Barbagallo. C’est de là qu’est venue la coulée de lave qui détruisit Piana Provenzano.

Mount Etna, Monte Barbagallo

Nous atteignîmes finalement l’extrémité de la piste. Le froid était piquant, bien qu’il s’agisse d’une belle journée d’été : un rappel de l’altitude à laquelle nous étions (le sommet de l’Etna est à 3330m). Mais le spectacle était si extraordinaire que nous remarquions à peine le froid. Nous étions face au cratère sud-est, le principal cratère de l’Etna. Un peu plus bas sur la gauche, de la fumée gris-foncée s’échappait d’un cratère plus petit. A quelques secondes d’intervalle, le son d’une explosion se faisait entendre, et de la lave en fusion était projetée en l’air.

Mount Etna, smokeJe n’aurais jamais pu imaginer qu’un jour dans ma vie je me tiendrais si proche d’un volcan en éruption, au point de voir de la lave ! Elle n’était pas très effusive, ce qui signifie qu’aucune coulée de lave n’était visible sous le cratère, mais voir ces explosions suffisait à mon bonheur. Nous savions que nous étions en sécurité, car l’Etna est très étroitement surveillé (en cas de moindre danger, y monter aurait été interdit), mais nous ressentions tous les mêmes émotions : un mélange d’excitation et d’appréhension, doublé d’un immense respect pour cette nature si puissante.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Taormina, Mediterranean SeaAprès être restés un moment à admirer le spectacle, nous sommes redescendus dans la vallée et avons pris la direction de notre seconde destination : le village de Taormina, au nord-est de l’Etna au bord de la Méditerranée. Cette petite ville fut créée au 4ème siècle avant notre ère au cours d’une colonisation grecque de la Sicile. C’est probablement l’un des plus beaux villages d’Italie, en partie pour sa situation exceptionnelle 300m au-dessus de la mer, avec la silhouette inquiétante de l’Etna en toile de fond, en partie aussi pour ses nombreux monuments superbes, au premier rang desquels l’exceptionnel théâtre antique. C’était un vrai plaisir de déambuler dans les rues et ruelles de Taormina !

Après une journée aussi belle mais aussi épuisante, la plupart d’entre nous avons profité de la route du retour pour faire une petite sieste… mais heureusement pas le conducteur !

Deuxième jour : en croisière dans les Îles Eoliennes

Pendant cette semaine en Sicile, nous avons passé plusieurs jours à la plage, près du village de Rocca di Capri Leone où mes amis habitaient, ou dans la ville de Capo d’Orlando toute proche. A l’horizon, nous pouvions distinguer les silhouettes de quelques îles, principalement au moment du coucher de soleil : les Îles Eoliennes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il s’agit d’un archipel volcanique composé de sept îles, proches du nord-est de la Sicile : Lipari, Vulcano, Salina, Filicudi, Alicudi, Panarea et Stromboli. Juste avant que nos vacances ne s’achèvent, nous avons décidé de prendre part à une croisière à la journée autour de ces îles. Le planning était riche : notre bateau quittait le port de Milazzo près de Capo d’Orlando tôt le matin, avec un premier arrêt à Lipari puis un second à Vulcano pour le déjeuner, pour 2 ou 3 heures à chaque fois. Le troisième arrêt était à Panarea pour le reste de l’après-midi avant de repartir dans la soirée vers notre ultime destination : le volcan actif de Stromboli de nuit. Le retour à Milazzo était prévu assez tard le soir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Avant de débarquer à Lipari, nous nous approchâmes de la côte déchiquetée de l’île. Le paysage de l’archipel a été sculpté par l’activité volcanique : hautes falaises, arches naturelles, grottes sombres, colonnes basaltiques… Il vaut mieux être un pilote expérimenté pour amener son bateau aussi proche de cette côte !

J’ai beaucoup aimé les quelques heures passées à Lipari. Le village n’était pas aussi exceptionnel que Taormina, mais se promener dans ses rues était très agréable, et la vue depuis le château sur l’île et la couleur de l’eau en contrebas était superbe.

Vulcano, Aeolian IslandsChangement de décor sur Vulcano ! C’est l’une des deux îles où l’activité volcanique n’a pas cessé (bien que la dernière éruption remonte au 19ème siècle), et on peut s’en rendre compte dès les premiers pas après avoir débarqué ! Nous fûmes accueillis par une forte odeur de soufre, tandis que de nombreux rochers proches du quai avaient la couleur jaune caractéristique de cet élément.

Vulcano est connue pour ses sources d’eau chaude. Beaucoup de visiteurs viennent ici pour se prélasser dans un célèbre bain de boue près de la plage, supposé être excellent pour la peau (mais très mauvais pour les vêtements : un maillot de bain qui y serait utilisé sentira encore après plusieurs lavages). L’entrée étant payante, nous avons opté pour la plage avoisinante, où nous avons guetté des bulles remontant à la surface de l’eau : elles indiquent la présence d’une source chaude juste en-dessous. Un véritable jacuzzi naturel !

Vulcano, Aeolian Islands, mud bath

OLYMPUS DIGITAL CAMERAAprès un rapide déjeuner composé d’arancinis (des boulettes frites de riz, petits pois, jambon et mozzarella), nous nous sommes rendus à une autre plage de l’autre côté du village : « La Baia Negra », la plage de sable noir de Vulcano. Nous nous y sommes baignés à nouveau mais j’ai eu la malchance d’être piqué par une méduse. Comme vous pouvez l’imaginer grâce à la photo ci-contre, la piqûre était très douloureuse, et il fallu plusieurs jours avant que les cloques ne disparaissent !

La troisième île était la plus petite, mais ce fut aussi ma préférée : Panarea. Même le nom est joli ! Depuis le petit port, nous avons pris la Via Drautto vers la gauche jusqu’à une plage du nom de Cala Zimmari. Le cadre était somptueux : d’un côté, le bleu intense de la Méditerranée, de l’autre, le blanc immaculé des maisons de Panarea bordés de grands palmiers.

Aeolian Islands, sunsetNous sommes partis au crépuscule, alors que les dernières lueurs jouaient avec les nuages pour créer un ciel de toute beauté. Lorsque nous arrivâmes au Stromboli un peu plus au nord, l’obscurité était tombée. Nous ne sommes pas descendus sur cette île ; lorsque nous étions suffisamment proches de la côte, le capitaine a coupé les moteurs et a laissé prudemment le bateau dériver, tandis que nous contemplions le cratère du volcan au-dessus de nous. Le spectacle était exceptionnel : à intervalle régulier, une explosion projetait de la lave en fusion haut dans les airs, tel des geysers rouges flamboyants se réfléchissant dans la mer en contrebas. Malheureusement, l’appareil photo que j’avais à l’époque n’était pas assez puissant pour prendre de belles photos de ce moment, et celles ci-dessous sont d’une qualité très médiocre. Mais les souvenirs de cette expérience extraordinaire et de cet excellent voyage en Sicile resteront pour toujours !

Par une très triste coïncidence, j’ai appris alors que j’étais en train de rédiger cet article que Luca, l’ami qui m’avait accueilli dans sa famille en Sicile, avait de très gros ennuis de santé. Je lui dédie cet article et toutes mes pensées vont vers sa famille et ses amis, en espérant que tout se passe pour le mieux et qu’il se remettra le plus vite possible.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cliquez ici pour revenir au Blog.

4 thoughts on “Souvenirs de voyage : la beauté de la Sicile

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s