Mes 5 disques de voyage préférés

Etre confiné chez soi et observer une stricte quarantaine en raison du coronavirus n’est pas une situation simple. Je sais que cela pourrait être bien pire : je suis toujours en bonne santé, je n’ai pas perdu mon emploi et la région où je vis a jusque-là été plutôt épargnée. Mais je commence à très sérieusement m’ennuyer, et je ne pense pas que j’oublierais un jour cette période de ma vie. Avec autant de temps libre, j’écoute beaucoup de musique et cela m’a inspiré à écrire cet article : j’avais envie de partager quelques-uns de mes albums préférés, qui ont tous pour moi un lien fort avec le voyage. Bonne écoute !

🇬🇧 Click here to read this article in english.

Cliquez ici pour revenir au Blog.

1/ Tash Sultana – Flow State (2018)

tash-sultana-flow-stateJe me souviens parfaitement de la première fois où j’ai entendu une chanson de Tash Sultana. C’était en octobre 2017 et j’étais dans un avion entre Hawaï et la Nouvelle-Zélande, avec une brève escale à Melbourne. Après avoir regardé un film quelconque, j’avais envie de me reposer tout en écoutant un peu de musique depuis l’écran de divertissement à bord. Je ne trouvai rien que j’aimais jusqu’à ce que je tombe sur le nom de Tash Sultana. Je me souvenais avoir lu quelque part que cette jeune artiste australienne commençait à être connue, et j’ai décidé de l’écouter. La chanson s’appelait Jungle.

Je l’ai immédiatement adorée, et je l’ai écoutée en boucle jusqu’à l’atterrissage. Ce titre est paru sur son premier EP sorti en 2016, tandis que son premier album Flow State parut le 31 août 2018. Lorsque j’étais en Australie pour la dernière fois, entre octobre 2018 et février 2019, plusieurs chansons de cet album passaient régulièrement à la radio, et notamment sur ma station préférée Triple J. C’est ainsi que je les aie entendues pour la première fois, et c’était toujours un plaisir d’écouter sa musique aérienne aux accents rock/folk/psychédélique. J’ai des souvenirs très précis de moi en train de conduire le long de la côte du New South Wales alors qu’elle passait à la radio, ou d’écouter ses chansons sur Youtube depuis mon téléphone, assis sur le balcon de mon Airbnb lors de mon ultime semaine à Melbourne, sa ville d’origine (photos ci-dessous). J’ai acheté son album lors de mon dernier jour en Australie et l’ai écouté des dizaines de fois depuis. Il me rappelle toujours cette période, la fin d’une aventure extraordinaire de deux ans et demi tout autour du monde avant de revenir à une vie quotidienne plus routinière.

S’il n’y avait qu’un seul titre à écouter…

Ma chanson préférée reste Jungle, mais elle n’est pas sur l’album… Dur d’en choisir un seul, car j’aime les treize titres de Flow State, mais c’est Cigarettes que je retiens. C’était celui qui passait le plus souvent à la radio et je trouve qu’il résume bien à quel point Tash Sultana est talentueuse : écoutez ce solo incroyable à la fin !

2/ The War On Drugs – A Deeper Understanding (2017)

the-war-on-drugs-a-deeper-understandingJe ne sais plus trop comment j’ai entendu parler de ce groupe américain de rock indé pour la première fois, mais ce dont je suis sûr c’est où et quand ça se passait : j’étais dans une petite auberge de jeunesse dans une ville du nom de Rimouski en Gaspésie, au sud-est du Québec, où j’étais en road trip pendant deux semaines au début de ma seconde année de voyage en septembre 2017. L’album A Deeper Understanding venait juste de sortir sous un flot de critiques positives (il a même gagné le Grammy Awards du meilleur album rock cette année-là) ; j’ai dû lire cela quelque part, et c’est ainsi que j’ai un peu par hasard écouté la chanson Pain, qui est de mon point de vue un pur chef d’œuvre. Ce n’était pas le meilleur moment pour découvrir tout l’album : j’étais sur la route, sans connexion internet, mais j’ai noté le nom du groupe en prévoyant de le découvrir dans de bonnes conditions plus tard. Ce « plus tard » a finalement duré longtemps : un an pile, jusqu’en septembre 2018.

copenhagen-nyhavn

J’étais à Copenhague à ce moment-là et en raison de soucis personnels je traversais une période très difficile, malgré la beauté de la ville (photo ci-dessus – il faut vraiment que j’y retourne un jour dans un meilleur état d’esprit pour l’apprécier comme elle le mérite). Cet album m’a véritablement aidé dans ces moments sombres ; je suis tombé sous le charme de l’harmonie des compositions, du son de la guitare électrique, de la voix du chanteur. C’est un disque assez long avec une atmosphère très particulière : il n’y a que dix chansons, mais la longueur totale est de plus d’une heure avec un titre durant à lui tout seul plus de onze minutes (Thinking of a Place) ! Je le trouve absolument parfait du début à la fin, et chaque fois que je l’écoute je repense à cette chambre d’auberge à Rimouski, et aux rues de Copenhague.

S’il n’y avait qu’un seul titre à écouter…

Ce serait Pain sans hésiter, le chef d’œuvre de ce merveilleux album. Cette chanson mérite plusieurs écoutes, pour sa très belle intro, pour les notes de clavier et pour le fabuleux solo de guitare qui démarre aux alentours de la quatrième minute. Je ne me lasserai jamais de l’écouter !

3/ Of Monsters And Men – My Head Is An Animal (2012)

of-monsters-and-men-my-head-is-an-animalJ’ai reçu cet album en cadeau de Noël en 2015. J’habitais en Suisse à l’époque, mais je savais déjà que j’allais m’envoler pour l’Australie quelques mois plus tard ; il ne me restait plus qu’à planifier mon voyage. Dans les premiers jours de janvier, je me suis connecté au site de l’immigration australien et j’ai rempli le formulaire de demande de Working Holiday Visa (Visa Vacances Travail) tout en écoutant ce disque. Il y avait beaucoup de champs à remplir et cela m’a pris du temps pour arriver au bout du formulaire ; l’album était presque fini lorsque j’ai enfin cliqué sur « Envoyer ma demande ». Moins de cinq minutes plus tard, je recevais un email m’informant que mon visa était (déjà) accordé. La chanson qui passait alors s’appelait Lakehouse, c’était l’avant-dernière de l’album et elle me rappellera toujours ce moment de bonheur intense : l’aventure débutait officiellement.

En-dehors de ce moment spécifique, cet album n’est pas directement relié à d’autres souvenirs de voyage pour moi (bien que je l’ai écouté de nombreuses fois durant mes différents road trips), mais tout en lui me transporte : les thèmes des chansons, inspirées d’histoire traditionnelles de monstres, d’explorations ou de créatures mystiques ; l’atmosphère positive et joyeuse de certains titres tels que King And Lionheart ou Mountain Sound ; le fait que la première chanson Dirty Paws fasse partie de la BO du film La Vie Rêvée De Walter Mitty (pas le meilleur film qui soit, mais il m’a définitivement donné envie de voyager lorsque je l’ai regardé pour la première fois) ; et le son de l’océan et les bruits de bois et de cordages qui grincent à la fin de Little Talks. Un disque parfait pour vous évader de votre quotidien vers un monde féérique !

S’il n’y avait qu’un seul titre à écouter…

Là aussi, le choix est difficile, mais je dirais Dirty Paws qui ouvre l’album ; profitez-en pour regarder le clip qui contient des scènes du film La Vie Rêvée De Walter Mitty, et vous comprendrez pourquoi il m’a donné envie de voyager !

4/ DMA’s – Hills End (2016)

dmas-hills-endJ’ai une vraie connexion avec ce groupe australien. Je les ai vus en live pour la première fois en 2014 à Londres, en première partie des Courteeners. J’ai beaucoup aimé leur son brit-pop aux influences marquées d’Oasis, j’ai écouté quelques-unes de leurs chansons en rentrant chez moi et j’ai adoré. Ce premier concert fut suivi de nombreux autres, y compris à deux reprises dans des bars en Suisse devant environ 20 personnes. J’ai pu discuter avec eux, l’un des guitaristes m’a offert le vinyle de leur premier EP et j’ai bu une bière avec l’autre guitariste. Je les ai vus grandir petit à petit au fil des années, notamment à la sortie de leur premier album Hills End au printemps 2016. Ils sont désormais très connus dans leur pays natal, et leur tournée 2020 au Royaume-Uni dans des salles pouvant accueillir plusieurs milliers de personnes était complète avant d’être annulée en raison des événements actuels. C’est un sentiment étrange de me dire que j’étais là au tout début de leur histoire, alors qu’ils sont aujourd’hui un groupe populaire qui fait l’affiche de grands festivals !

dmas-live-glasgow-french

Les DMA’s en concert à Glasgow en 2016

Quelques semaines seulement s’étaient écoulées entre la sortie de Hills End et mon arrivée en Australie à la fin du mois de juin 2016. J’avais atterri sur la Gold Coast au sud du Queensland, où j’avais loué une voiture et pris la direction de Byron Bay ; la première chose que je fis fut d’écouter cet album, fenêtres ouvertes, chantant à tue-tête, extrêmement heureux d’enfin être là et de débuter mon aventure. Ce sentiment extraordinaire de liberté est quelque chose que je n’oublierai jamais !

S’il n’y avait qu’un seul titre à écouter…

La chanson la plus connue de l’album est Delete ; ma préférée est Melbourne ; mais celle que je choisis de vous présenter ici est Lay Down car c’est celle qui dégage le plus d’énergie, et elle correspond parfaitement à l’atmosphère du moment que je viens de décrire.

5/ U2 – The Joshua Tree (1987)

u2-joshua-tree-coverLe plus ancien et le plus célèbre album de cette liste, souvent considéré comme l’un des meilleurs disques jamais écrit. Il devait impérativement en faire partie car c’est probablement celui qui m’évoque le plus le voyage (et puis il fait partie de mon top 3 personnel). J’ai d’innombrables souvenirs de moments passés à l’écouter, mais si je devais en retenir un seul, ce serait ma visite du Parc National de Joshua Tree en Californie en avril 2018 (photos ci-dessous). Les deux jours que j’y ai passés m’ont inspiré pour écrire un article très différent des autres, que j’ai appelé « The Joshua Tree : un album et un parc national ».

L’album tout entier est un message d’amour du groupe pour l’Amérique (bien que certaines chansons telles que Bullet the Blue Sky soient très critiques envers le pays et le gouvernement Reagan) et pour la musique américaine, avec des influences blues, gospel et folk. Plusieurs chansons me font penser aux grands espaces de l’ouest américain : le titre d’ouverture Where the Streets Have no Name bien sûr (voir ci-dessous), In God’s Country et son ambiance « désertique », la balade Running To Stand Still (bien que les paroles évoquent des problèmes de drogue dans un quartier de Dublin), l’atmosphère Far-West de Trip Through Your Wires et son harmonica… Et bien sûr il y a cette pochette en noir et blanc, avec des caractères dorés et de superbes photos des paysages désertiques de Californie tels que Zabriskie Point dans la Vallée de la Mort. L’arbre étrange et solitaire qui a donné son nom au disque est devenu presque mythique pour moi, et c’était un moment vraiment émouvant lorsque j’ai enfin vu un de ces « arbres de Josué » (photo ci-dessous). Si vous faites un jour un road trip aux Etats-Unis, The Joshua Tree de U2 doit faire partir de votre bande son.

Joshua tree, black and white

S’il n’y avait qu’un seul titre à écouter…

Ce serait la première chanson, Where the Streets Have No Name, une de mes préférées de tous les temps. De longues notes de synthé en introduction. Un riff de guitare reconnaissable instantanément, montant doucement en puissance jusqu’à ce que soudainement le vrombissement de la basse et le rythme de la batterie fassent leur apparition, plus d’une minute après le début du morceau. C’est un vrai chef d’œuvre et l’écouter avec le son à fond alors que je conduisais dans le Parc National de Joshua Tree est un souvenir inoubliable.

Avez-vous des albums qui vous évoquent particulièrement le voyage ? Si oui lesquels et pourquoi ? Partagez vos goûts dans les commentaires !

Cliquez ici pour revenir au Blog.

One thought on “Mes 5 disques de voyage préférés

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s